A l’horizontale

Sous les tuiles rouges brûlantes les murs étincelants.

Sous le ciel bleu les oiseaux ailes déployées comme de longues ombrelles.

Sous le vent léger les feuilles bruissantes des arbres.

Lorsque les pieds ne touchent pas terre, je ne suis qu’un élément parmi les autres. La vie se balance. Tantôt oui, tantôt non.

L’odeur de la terre se colle à la mémoire et ramène au chemin des herbes hautes de l’enfance. Aux abricots juteux. Aux prunes fendues sucrées qui tachent le petit débardeur blanc.

Lorsque le hamac me berce tantôt hier, tantôt demain, je ne suis que l’instant et rien ne presse.

Penses y

Étrange
Entre deux mondes

Lourd
Ciel de plomb

Longs couteaux
La liste s’allonge

Tu clignes des yeux
Dans le petit matin
Tu ris et tu pleures

Tu prendras ton élan
Enjamberas ce caniveau
Tu n’y tomberas pas
Tu es bien plus forte qu’eux
Penses y

Je suis Charlie

Charlie vivra
Oui sans aucun doute

Mais surtout nous vivrons tous,
comme Charlie, debouts

Nous sommes libres
De dire, de douter, de croire
De tenir un crayon
De marcher, seules, sans crainte

Nous sommes libres
De rester décents
De ne pas faire d’amalgame
De défendre l’autre, différent.

Nous sommes redevables
De nos actes, de nos paroles
Devant nos enfants,
Devant nos petits enfants

Afin qu’ils puissent eux aussi être un jour
libres
Aimants et indépendants.

Je m’y attacherai
Sans relâche, sans haine
Pour que Lucas et les autres

Soient libres et heureux.