D’où je suis

Tout est affaire de place.

Choix du strapontin
de la chaise ou du fauteuil.

tomber de haut ou
ras de terre un petit banc d’enfant

Une place, juste une place
où il fait bon vivre, lire

ouvrir les paquets
« textoter » avec mon Anglais préféré

« Le sac est réversible,
je t’aime ma belle »
dit-elle

« une double chance,
comme une pièce de monnaie
qui tomberait sur le chant »
dit-il

Ils sont là
où je suis,
petit banc, oui,
petit banc dans Paris.

De l’art de

Tout est question d’équilibre
mieux,
De déséquilibre maitrisé

Voilà je préfère.

Et j’aime celle qui est là
Première de mes créations

funambule sur son vélo

 

image

Tu as effleuré ses doigts
Tu as caressé sa main
Large et rassurante

Et tu te demandes
Où se porterait ton regard

Si elle ne t’ouvrait pas le chemin.

Faux semblants

Elle se lève et range tout
une chape de brouillard déposée
Sur les pelotes dévidées

Cuisson à l’étouffée
Pas un son ne sort
De son corps marmite

Elle peut fermer la porte
Et sortir tranquille

Rien ne transparaîtra.

Ensachée

Elle s’observe
Mine de rien.
Elle grossit lui semble t’il
A moins que
l’espace autour ne se rétrécisse.

Elle s’écoute
L’air de rien
Elle pleure
A moins que
Le ciel ne se soit fendu par le milieu

Tout a trac, en vrac
Elle va
Cahin caha
A travers ce champs de mines.