Ecrire

Chaque vague éclatée réveille à la vie. Chaque reflet tape à l’œil et je n’ai qu’à entrouvrir les lèvres pour goûter au salé de l’air.

Des milliers de mots se déversent sur le sable, écume du monde là devant. Le silence est mort et le chant des flots comme le flot des mots me chavire.

Il est temps de renaître et de se jeter à l’eau…

Vers toi

L’eau monte par toutes les pores du souvenir

Tu es la gerbe flamboyante qui se jette

A marée montante à l’assaut de la roche

Tu es l’écartèlement de la Terre et du Ciel.

Je te vois venir à moi dans les nuages qui dansent

Voyage

La pulpe des doigts, savourer

Les lèvres, saisir l’instant

Les yeux, dévorer.

A tâtons, j’ai trouvé ta peau.

Si loin

Il parle, ses lèvres bougent

Elle n’entend pas ses mots

Le vent éteint les murmures.

Son cœur-tambour

Bat à la vitre brouillée

Aux plis de ses yeux

Se dessinent déjà

Les tourments de l’absence.

Elle pense tant à lui

Que son corps se fend

Comme un bois mort

Le temps écharpe les rêves.