Couleur * funambules 63

Une couleur appliquée au pinceau
Sur la douceur de la nuit
La rudesse du jour

Des fleurs cueillies
Coquelicots et magnolias
A s’offrir

Faudrait * funambule 62

Faudrait dans un tour de passe passe, laisser sur le trottoir d’en face les sens interdits, les céder le passage, les sens uniques et les giratoires.

 

Faudrait poser les valises sur une balance qui ne pèserait pas, tailler les crayons qui n’écrivaient plus et passer au fusain la transparence de certains.

 

Faudrait se choisir un chemin vicinal, avec juste des brins d’herbe couchés dans le vent,

Des bouts de ciel comme tes mèches de cheveux folles

Des ruisseaux comme mon rire à t’écouter.

 

Faudrait être comme on est, en un peu plus sereines,un peu moins…quoi ? je vois pas…

peut-être…

 

                           un peu plus rangées des voitures…

 

Souris, ris

Je t’entends et je t’aime Doucette Pelote

La grande enveloppe * funambule 61

Elle a toujours aimé les enveloppes. Elle les aime encore bien davantage de mois en mois. Elles arrivent, funambules, des nuages, elle veut le croire.

 

Elle aime sur le dessus l’écriture ronde et généreuse. Des volutes, des arabesques fantasques qui racontent des paysages insoupconnés pour qui ne saurait pas « voir ».

 

Elle aime l’aventure qu’est d’ouvrir l’enveloppe et les plus petites contenues à l’intérieur.

 

Elle y trouve des trésors, toujours…que lui envoie une très chère et tendre.

Merci doucette pelote d’être tout simplement ma plus belle…

 

un fil...

 

 

Saint-Jean * funambule 60

ça pédale

 

sur le fil

funambule

 

bulle, bulle

soufflée

 

souffle de l’océan qui appelle

 

à la pelle

émotions en roulis

 

9H28, voiture 17

 

12H42

Saint-Jean

 

 

 

carrément * funambule 58

tout va à vau-l’eau

faits, comme des rats des champs

carrément mauves

papillonade * funambule 57

Du cocon carton

s’est envolé un papillon

 

de ses ailes ciselées

mon cou est venu effleurer

 

Au foulard chenille

il s’est posé.

 

Il me murmure à l’oreille, qu’il m’est envoyé par la déesse des arts et de la vie, qu’il lui a laissé des rêves multicolores.

Souffle léger sur ses ailes, le bonheur…

 

Il est symbole d’immortalité dit-on. A le regarder, je ne vois qu’ailes…

 

Il sera à mon coeur,

              amour, confiance, chance et bonheur d’avoir croisé son vol…

 

Merci Doucette, Pelote, Papillon doré de mes jours…

 

un-papillon-s-est-pose.JPG

Dans la nuit * funambule 56

La nuit était venue sans qu’elle s’en aperçoive, enrubannée qu’elle était dans sa maison-cocon. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas songé à ouvrir la boite grise sur la place. Elle n’en avait pas même la clé.

Le facteur était passé ce matin, elle l’avait aperçu au loin. N’avait pas imaginé qu’il avait pu déposer pour elle et son univers une enveloppe-amour.

 

Et voilà que là dans la nuit il fallait vite courir à la boite. Vite, vite, vite ouvrir l’enveloppe pour se dire…

 

Enfiler ses bottes et son manteau, chapeau rouge enfoncé sur la tête. Où donc était la clé ?

Elle passa en revue les trousseaux, celle-là pouvait convenir.

 

Elle s’enfonça dans la nuit, sous la pluie. Ne pas perdre de vue la boite-phare. Ne pas dériver. La flaque était là profonde. Les loups hurlaient à la lune. Fallait-il qu’elle l’aime pour risquer ainsi sa vie !

 

Après cinq minutes de lutte, elle atteignit le cube trésor. La clé pénetra sans difficulté aucune. Souffle retenu, le blanc d’une enveloppe dans le noir de la nuit.

 

Elle la prit tout contre elle et courut. La porte se referma. Elle se réfugia impatiente dans sa chambre.

 

Elle ouvrit alors l’enveloppe…

 

 

Cinquante et quelques funambules en habit de lumières dansèrent sur ses fils et

 

                                  des papillons multicolores quittèrent le voile pour se poser à ses lèvres et ses paupières

 

                                                         Elle la sentit alors toute proche, serrée tout contre,

 

                                                                                                     une magie…



Merci