Nuit

J’avais bouffé le jour avec ardeur, désirante.
Je m’ouvrais à la nuit, sereine et légère pour une danse jubilatoire.
Ce voyage en ivresse me permit de trépaner et fusiller quelques fantômes chafouins.
Passé le pas de nuit, je me vautrais dans un bordel velouté oublieux des cauchemars asilaires.
Les tisserands enchanteurs oeuvraient.

Tout se magnifiait alors jusqu’au matin.

lune ronde 6 mai 2012
lune ronde 6 mai 2012

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s