La centaine d’amour – poème 77

Ce jour est bien ce jour, dans son poids de passé

dans son essor vers tout ce qui sera demain,

c’est le sud de la mer, le vieil âge de l’eau

et c’est aussi un jour nouveau qui se compose.

 

Ta bouche levée vers la clarté, vers la lune

aux pétales du jour consumé s’est unie,

voici venir hier trottant par sa rue sombre

pour garder de l’oubli son visage défunt.

 

Aujourd’hui, hier, demain, sont mangés en chemin,

nous dévorons un jour tout comme un boeuf ardent,

notre bétail attend avec ses jours comptés,

 

mais en ton coeur le temps a jeté sa farine,

glaise de Temuco, dont je construis un four :

pour mon âme tu es le pain de chaque jour.

 

Pablo Neruda


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s