Très, très, très…

Elle croqua à pleines dents…

Goût amer, aux lèvres tremblantes

Fer du déraillement.

 

 

Le sang coulait,

Terrible gachis

hémorragie de vie

 

 

Il attrapa les mots

les fit pansement,

parade insensée

 

 

Le temps vide le regard

assèche les veines

                  Trop tard…

déséquilibre

raboter la marche

du bout des ongles, des dents

 

toujours de guingois

pourquoi ?

 

J’aurais aimé

Avancer au même pas

 

Eviter le grand écart

Nous n’avons pas su…

 

 

 

moi je veux vivre…

thème proposé par Enriqueta

 

Moi

Moi je,

 

Je

Je voudrais,

Je voudrais quoi…

 

Le vent dans mes cheveux

Le rire dans ma bouche

 

Moi je veux

courir loin des orties

 

Moi je veux

tes pas dans mes pas

 

Moi je veux vivre toi

Etoilée * Funambule 59

Ce sera étoilé ou ce ne sera pas…

 

Et tac voilà c’est dit

Au-delà des nuages

 

Epinglées en plein ciel

 

 

A mon cou de girafe

A mes rides effacées

 

des étoiles (af)fichées

 

J’adoooore !

A ton étoile

j’ai écouté chez la Pelote

et ça m’a pris le coeur.

Entre tes mains, je le sentais battre…

 

 

On pourrait s’y brûler les ailes

mais non, on se dessine à la vie

de l’ombré mauve ou bleuté

 

Et c’est bien.

Perlé

A l’ombre de la nuit

la lumière

 

Au ciel des yeux

Traîne d’émotions

 

Perle de pluie

au dessin de ton paysage

 

 

J’ai tendu des cordes

A tous, un Noël merveille !

 

Et « Pour que le goût des heures soit doux…Le reste on s’en fout… »

 

 

 

 

 

Catherine Le Forestier chante Rimbaud.

J’ai tendu des cordes…

Illuminations