l’avenir demeure possible

« ma conviction est que nous ne pouvons plus avoir raisonnablement l’espoir de tout sauver,

mais que nous pouvons nous proposer au moins de sauver les corps pour que l’avenir

demeure possible »

                                                              Albert Camus

 

 

convaincue oui mais je ne peux m’y résoudre…sauver les corps, oui il faudrait bien…

 

A méditer                        


4 réflexions sur “l’avenir demeure possible

  1. Sauver les corps sans jeter de sort sur les âmes. Enflammer les esprits pour que le corps existe dans  l’âme qui est sienne… Animer les âmes d’un influx générateur d’élévation… pour que, de là-haut, les sens jaillissent en vies à  croquer à belles âmes… Alors, le corps existant par lui-même, sera libre et tout corps libre est sauvé parce que vivant… Note : nulle velléité camusienne, juste un peu de « poésie corporelle » aux effluves de vie…

    J'aime

  2. Le futur ne manque pas d’avenir, mais sauver les corps ne sera pas suffisant. Ce futur ne pourra se contenter de corps vivant mais rampant sans énergie. L’homme debout est le seul avenir possible et il lui faudra plus que la vie. Ce que j’apprécie sur ton blog , c’est ce plus qui fait tenir debout. Bises Dan 

    J'aime

  3. moi qui n’ai pas osé te réveiller peut-être… Je vois ton blog… Tu seras fatiguée demain, dis donc ! ben non, on ne peut pas tout faire, il a raison Albert, c’est tellement énorme, mais sauver  les corps, c’est-à-dire les vies, quelques-unes quand on le peut. Il s’est toujours « battu » contre la peine de mort, partout, pour tout le monde, pour cette part d’innocence en chacun, disait-il. Badinter l’a fait ici en France, il y a trente ans et Camus était mort de longtemps. Et un type a été passé à mort, assassiné légalement aux Etats Unis, il y a peu. Engagé Camus, et exemplaire. Encore vivant aujourd’hui, quand tout s’effrite. Sauver les corps, une belle expression. Ca me rappelle la fin du Monde selon Garp. Il dit : la tâche de l’écrivain est de sauver surtout les plus vulnérables, même ceux qui vont mourir. Dors bien, Corinne, Camus est notre bon compagnon.

    J'aime

Répondre à Dan Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s