Ami

Ami, magie de la vie

Un tourbillon qui gomme l’absence

Te voilà toupie multicolore

 

Nos vie rapent, dérapent

Un air de swing, de rap

Une danse des émotions

 

Nos mots bleus

Se mêlent

 

Silences mauves

 

Tu es là

Je suis là

et c’est bien

 

 

Je trouve cette chanson que je ne connaissais pas. La vie devient alors une aventure formidable non ?

 

Bon anniversaire…

ratage ? * funambule 44

 

« reprendre les jours…comme un tricot à remonter » dit l’une

 

« De fil en aiguille

Une reprise de peu

Une méprise, un accroc » dit l’autre

 

Et dans l’absence du corps, dans l’âpreté des sentiments, dans la pluie qui s’insinue au-dedans, faire face toujours à la douleur,  aller voir le ciel de plus près, toucher les étoiles.

 

Un mont à escalader, une fleur à saisir, des musiques à rêver… autant de lumières pour réinventer la vie.

 

 

Oú est ce putain de mec (2)

Je pense à ces départs que l’on croit temporaires. Et puis…Une brèche, une faille. Un qui ne revient pas.

 

Un jour d’août

Tout au bout de la route

 

Longue boîte pour tout horizon

Ce jour est une nuit

Trou noir

 

Soleil de feu

Brûlure des yeux

La foule des curieux

Là, massée

 

Épilogue du fait divers.

 

Mais où est donc passé Lionel ?

 

Lionel est dans la boîte

Enterré avec notre jeunesse

 

Mais où donc était ce putain de mec ?

 

 

Rideau de pluie

Les doigts sur l’archet

Ciel déchiré

 

L’écorce se fend

La vie se répand

 

La sève en coulure

Comme une suture

 

Retenue des émotions

Des rails comme des sillons

 

 

 

Tout est là

Je reviens ici

Tout est là à m’attendre

J’aurais pu croire…

 

Là exactement * funambule 43

Là exactement

Sous le soleil

 

Là imperceptiblement

A fleur de sentiments

 

Là ou ailleurs

Dans les paysages

 

Des corps

    De la mer

De nos mains qui se tiennent

       Des lendemains qui chantent

Des larmes sur nos visages

         De nos rires sur une place

 

********

 

Où nous nous rejoignons

Sur le fil de l’horizon

Là exactement…

 

 

Peut-être

Grand vent

Marée bruyante

 

Mouettes criantes

Corps fragmenté

 

Cerveau lavé

On pourrait y croire

 

Au creux de la nuit noire

 

Peut-être.