Marina – Carlos Ruiz Zafon

 

515slONeLoL._AA115_.jpg

Bien sûr après « l’ombre du vent », la barre était haute. Le sujet moins captivant sans doute mais l’écriture est là. Toujours intelligente.

 

Avant dernier chapitre, nos paroles deviennent des mots, encre noire :

 

« …Oscar ignore que tous les contes sont des mensonges, alors que tous les mensonges ne sont pas des contes. Les princes ne sont pas charmants, et les dormantes, si belles soient-elles, ne se réveillent jamais de leur sommeil. Il est le meilleur ami que j’ai jamais eu… »

 

J’aurais pu t’écrire cette lettre, Il faudra que tu la lises. Lorsque nous nous retrouverons…

 

« …Pendant des années, j’ai fui, sans savoir ce que je fuyais. J’ai cru que si je courais plus loin que l’horizon, les ombres du passé s’écarteraient de ma route. »

 


4 réflexions sur “Marina – Carlos Ruiz Zafon

  1.   Prophéties infidèles Les ombres du passé n’étaient elles que des ombres ? Une ombre existe-t-elle sans un peu de lumière ? A l’ombre de clairières, des elfes racontaient Des histoires si belles et emmêlaient les trames Des ombres de lumière Il manqua une rune, un chapelet magique, juste une incantation, une occulte formule Une métamorphose à peine commencée Et le crapaud n’a pu Réveiller sa dormante Ni quérir de baiser.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s