L’ombre du vent

Un souffle qui s’engouffre

Au détour d’une pensée

 

Une porte qui grince

Un tiroir qui s’ouvre

 

Un silence qui délisse

Lèvres sèches

 

Le vent…

Le vent froisse le regard vers demain

 

S’envoler, magie de l’instant

A l’ombre du vent

 

 

 

A l’ombre du vent, ma Douce.


4 réflexions sur “L’ombre du vent

  1.   A l’ombre des orages, des orgasmes du ciel Des éclairs essentiels, des attentes charnelles A l’ombre de nos paupières Nos fabriques de rêves Aux cheminées célestes Flotter s’évanouir et puis Laisser s’effilocher nos peines Entre les belles gambettes De notre Tour Eiffel   Un bien joli texte, Corinne

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s