Un chemin * funambule 19

Je ne sais pas expliquer

faut-il expliquer l’évidence ?

 

Je crois bien que c’est antinomique.

 

Elle est là, tout simplement, Une conclusion en quelque sorte. Un aboutissement, un écroulement des murailles qui nous avaient fait prendre des chemins de contrescarpe.

J’aime bien cette idée là.

 

Il a fallu le doute de nos vies pour que nous cherchions réponse. Les aiguillages des rails nous ont ramené sur ce chemin au milieu des vignes. Oui sans doute celui-là, les pommes sont depuis tombées de nos paniers mais Germaine et  Bonne-Maman, ça on ne peut pas les oublier. Moi le chapeau de paille de bonne-Maman dépassant à peine des vignes, je le vois encore.

 

Je suis sûre qu’elle y est pour quelque chose dans tout cela. Je l’imagine bien la Germaine à nous regarder là toutes les deux sur notre banc… Des petites fadas, elle nous aurait dit.

 

Et puis, le plus important n’est-ce pas,

C’est que l’avenir dure longtemps.

 

Mes galoches ne sont pas trop usées

Je veux bien marcher, même cahin-cahin

Sur tous les chemins, à tes côtés.


2 réflexions sur “Un chemin * funambule 19

  1. Le chapeau de Bonne-Maman…Oui, il y est derrière les frondaisons des arbres, on la suit à la trace à cause de lui. Mais n’en porte-t-on pas nous-mêmes d’ailleurs des chapeaux pour la grâce, pour la pluie, la grâce de la pluie ? On affronte tous les ciels, et puis on se l’invente, on se l’invente, on se l’inventera toujours, ensemble.  

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s