la valise

Une valise qui court là ce matin sur le quai. Grise à roulette, un métal froid qui vrille le corps.

 

Une main qui la tient, longs doigts fins. Au bout de cette main un bras chemisé sous le manteau. 

Les épaules, une voute légère. Des épaules qui tremblent.

 

Silhouette élancée, cheveux grisonnants aux tempes. Un temps qui se fige.

 

Un départ annoncé, une fuite toujours. Pas pressés pour oublier ce qui pourrait être.

 

Des mots en noir sur l’écran, le coeur se fendille.

 

Tout est là, dans cette valise. Suis recroquevillée dedans.


2 réflexions sur “la valise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s