A la nuit noire * funambule 12

A la nuit noire, mardi mes pas m’ont tout naturellement conduits là-bas…

 

place des Vosges mardi 7 septembre

 

Une place déserte, d’une beauté à pleurer, un écho sous les voutes de la promenade.

 

Et là, au milieu, ce jardin, grilles fermées. J’en ai fait deux fois le tour. Retrouver les cailloux qui nous avaient menées là, à pas comptés.

 

Et je nous y ai vu, là sur notre banc berceau. Une ombre de nous y est restée je crois.

Il a sans doute encore dans ses veines, les mots, les mots et les rires, les rires et les pétillements dans les yeux, des pépites de soleil…

 

 Je sais désormais que même au plus noir, il y a ce jardin qui éclaire…

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s