départ

Je ne sais d’où vient ce besoin irrépressible de tout emporter avec moi. Je prépare mes valises et ne peux me résoudre à laisser mes vêtements, mes livres derrière moi. Un sensation toujours de départ définitif…

 

Une appréhension du vide, vide de mon coeur ou de ma vie. Une boulimie de vouloir tout dans moi et avec moi. Un enchevêtrement de moi avec mon espace.  Il me faudra du temps encore pour fermer ma valise et me dire que tout ne peut pas rentrer dedans.

 

Arriver dans une maison qui m’est inconnue et pouvoir la peupler de ma vie. Voilà ce qui me hante, vivre dans un lieu sans âme. Se besoin de découvrir et dans le même temps me sentir « chez moi ». Une escargote je suis – cette nuit, il y en avait un très beau, antennes sorties, sur le transat !

 

Voilà je pars, heureuse de retrouver la mer, le soleil et de me poser avec mon homme mais emberlificotée dans tous mes fils…

 

Je vais m’appliquer, m’appliquer à faire sauter les verrous, à me tenir en équilibre sur le fil de la vie. Sereine, voilà le mot, je vais essayer… Quel challenge !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s