Baudelaire

Si vous la rencontrez bizarrement parée

Traînant dans le ruisseau un talon déchaussé

Et la tête et l’oeil bas comme un pigeon

Blessé, Messieurs ne crachez pas de jurons

Ni d’ordure au visage fardé

De cette pauvre impure

Que déesse famine a par un soir d’hiver

Contraint à relever ses jupons en plein air

Cette bohême là c’est mon bien

Ma richesse, ma perle

Mon bijou, ma reine

Ma duchesse

https://youtu.be/k57Zbo_mnWY


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s