Depuis

Mais dis-moi,

Pour qui tes yeux pétillent-ils

A qui vont tes sourires

 

Mais dis-moi,

Quelles jambes tes doigts effleurent-ils

Dans quel cou vont se perdre tes baisers

 

Mais dis moi,

Vers qui vont tes pensées au petit matin

Quel prénom murmuré

 

 

Dis le moi,

Depuis moi…

L’ami Serge

 Enfin retrouvée cette si jolie phrase qui me venait je ne savais d’où !

 

La longue attente…

Tiens

Se lever… Et déjà fatigués par ce qui est à vivre aujourd’hui. Soucieux des doutes qui vont nous assaillir. Courbés à l’avance par les concessions à faire.

 

Un poids sur les épaules, des rencontres qui a y bien penser n’en sont pas…Se passer de ceux qui comptent vraiment, qui ne peuvent être là. Les tuteurs qui nous aident à pousser droit, à tenir debout, bras levés vers le soleil.

 

le-monde.jpg

 

Tiens ! On devrait pouvoir passer à demain, on devrait pouvoir zapper l’aujourd’hui, se laisser le temps d’être un peu plus solide, un peu moins seul…

 

Sous le soleil

Je suis sortie du bureau fatiguée, j’en avais oublié que la vie faisait son chemin dehors. A peine sortie, je fus happée par la beauté de cette ville ! Une nouvelle fois renversée , une chaleur bruyante, les terrasses des cafés bondées. Quel bonheur… Mon unique, ma ville.

Brassée d’émotions

Une brassée de pétales

Jetées là sous ses pas

 

Un numéro à composer

Du bout des doigts

 

De mots à murmurer

Du bout des lèvres

 

J’attends son appel…

 

Depuis si longtemps

Je ne sais plus depuis combien de temps,

Je ne sais plus d’où vient cette attente

Un coeur trop grand pour moi toute seule

 

Une place à prendre

Ou non plutôt une place réservée

Depuis bien longtemps

 

Je savais qu’il fallait la garder

la bien au chaud, en moi

pour cette soeur de coeur

 

Cette autre qui était là

Dans le tiroir de mon enfance

Une tendresse de toujours

 

Un début d’histoire inachevée

Un goût laissé sur les lèvres

de l »acidulé peut-être

 

Et puis une un clic, une sonnerie

Et tout devient sucré

Un rêve coloré…

 

Une vie à raconter,

Ce qui a toujours été tu

Sors de ma bouche

 

Pour la première fois

Des mots posés

Sur des sentiments

 

Une pépite de soleil

Dans ma nuit

Merci

Au petit matin

 

Se lever tôt pour profiter de la fraîcheur de l’air, les fenêtres grandes ouvertes laissent entrer les premiers rayons de soleil.

Je me suis installée sur la terasse pour le petit-déjeuner et comme toujours, l’espace de cette première heure, l’hier n’existe pas.

Oubliées les déceptions, les trahisons. Oubliées les images vues hier encore de la misère, de la souffrance.

 

 

Je suis née ce matin, le corps sans âge et l’esprit lavé de tout doute. Un sentiment de « tout à apprendre » me noie dans sa douceur. Les musiques s’écrivent, les mots s’inventent, l’amour naît
dans les branches ployées sous trop de grappes de fleurs…

 

Comme si ce matin était le premier matin du monde. Des fleurs à éclore, des sauterelles qui dansent sur les feuilles, des nuées de papillons qui virevoltent devant mes yeux. J’entends l’oiseau
qui pépie, le battement de ses ailes éveille la terre.

L’araignée grise du matin qui descend sur le poteau n’apportera aucun chagrin.

 

Des lendemains qui chantent…je pourrais presque y croire…